Actualités

28 Aug 2017

Repérer le stress chez l'enfant et trouver les solutions

« Je suis stressé(e) », « je suis angoissé(e) ». Si les adultes n’ont aucun mal à prononcer ces mots, il est plus rare de les entendre dans la bouche d’un enfant. Parce que ces derniers (re)connaissent mal leurs émotions et leurs différentes manifestations, mais aussi parce que le stress peut être un sentiment diffus, difficile à appréhender.

Pourtant, certains enfants sont tout aussi concernés par le stress que nous pouvons l’être. « C’est notamment le cas des enfants anxieux de nature, explique Lise Bartoli, psychologue clinicienne. Chez eux, l’anxiété est un trait de caractère, que l’on peut percevoir parfois dès les premières années de vie. » Louise Reid, psychothérapeute, préfère parler de “tempérament hypersensible”. « Toutes leurs émotions sont exacerbées, tant les belles que les moins bonnes. C’est pourquoi les peurs sont généralement plus grandes et plus fortes, causant de l’inquiétude qui se transforme souvent en anxiété. » Mais sans pour autant être anxieux de nature, ou hypersensible, n’importe quel enfant peut être ébranlé par ces changements de repères, souvent inévitables, qui jalonnent le quotidien comme l'entrée à l'école ou la rentrée des classes de manière générale : nouveaux professeurs, nouveaux camarades, nouvelle classe... Autant de facteurs qui peuvent amener au stress infantile.

Repérer les signes de l’anxiété infantile

Chez l’enfant, le premier signe du stress se traduit généralement par un changement soudain de comportement. « Il devient subitement irritable, agressif ou au contraire, plus inhibé, se mettant à bouder dans son coin alors qu’il n’avait pas l’habitude de le faire avant, » observe Lise Bartoli. Un changement brusque d’attitude et/ou de tempérament qui peut mettre la puce à l’oreille.

« Puis l’enfant va commencer à se dévaloriser, à se dénigrer, à porter sur lui-même un jugement dégradé, » ajoute la psychologue. Il se trouve nul et dit qu’il n’arrivera à rien.

Il n’est pas rare que le stress se manifeste en outre par des difficultés de concentration : parce que son anxiété mobilise beaucoup d’énergie, il a du mal à focaliser son attention.

Parallèlement, les signaux psychosomatiques sont aussi fréquents chez les enfants stressés. Comme chez les adultes, le ventre est souvent le siège de l’anxiété : douleurs abdominales, nausées, troubles digestifs… Certains enfants se plaignent parfois de maux de tête, de fatigue. Chez ceux qui souffrent de maladies chroniques (asthme, eczéma), on observe généralement une aggravation des symptômes. « Ces douleurs physiques, sans explications biologiques, ne doivent pas être minimisées, souligne Louise Reid. Car elles sont bien réelles. Même si l’on ne parvient pas à expliquer pourquoi, l’enfant souffre vraiment. C’est son corps qui s’exprime pour lui. »

Votre enfant est-il stressé ?20 questions pour définir si oui ou non votre enfant est sujet au stress, à quel niveau, et trouver des clés pour l'apaiser.

Des troubles du sommeil et de l’endormissement(cauchemars, peur du noir ou des voleurs) ou des troubles de l’alimentation (perte d’appétit, ou, à l’inverse, compulsions alimentaires) peuvent aussi se manifester.

Enfin, il arrive aussi que le stress s’accompagne de comportements régressifs chez les enfants (besoin de lumière pour s’endormir, pipi au lit, volonté de sucer son pouce ou de boire au biberon…) et de l’apparition, ou réapparition, de tics (clignements des yeux, ongles rongés, balancements, tortillements de cheveux…).

Prendre du recul

Il est rare que tous les signaux d’alarmes se manifestent chez un seul enfant. Et pris isolément, ou sur de courtes durées, ces mêmes signaux peuvent être sans gravité. « Pour différencier l’anxiété d’un petit stress ponctuel ou d’une adaptation normale, explique Louise Reid, il faut réussir à définir à quel point cela handicape l’enfant. Est-ce que cette anxiété (qui n’est ni plus ni moins qu’une grande inquiétude) l’empêche d’avancer ? Est-ce qu’elle le tétanise ? Est-ce que les encouragements seuls ne suffisent pas et qu’il a besoin d’être sans cesse rassuré ? Sécurisé ? » Autant de questions qui vont permettre de juger de l’intensité du trouble.

Par ailleurs, c’est aussi la répétitivité et/ou la durée des symptômes qui vont permettre aux parents de savoir s’il y a lieu, ou non, de s’inquiéter. Un enfant qui se plaint d’avoir mal au ventre un matin n’exprime certainement pas la même chose que celui qui se plaint chaque matin depuis plusieurs jours. « Sans complètement laisser trainer, précise Lise Bartoli, il est nécessaire de prendre un peu de recul pour pouvoir mieux comprendre la situation, voire pour laisser à l’enfant la possibilité de trouver seul, en lui-même, des solutions. »

En parler avec l’enfant et l’entourage

Stress : mieux vaut prévenir que guérir

Pour protéger les enfants de l’anxiété, Lise Bartoli recommande de faire autant que possible des sas de décompression avec son enfant. Des moments où l’on ferme tout (TV, téléphone) et où l’on passe du temps exclusif avec lui, même si c’est seulement 5 minutes au coucher. C’est un temps pendant lequel on peut aborder les questions que l’enfant se pose, les sujets qui l’inquiètent, et en profiter pour le rassurer. « Un enfant capte et entend beaucoup de choses qu’il ne comprend pas toujours. Si les informations dont il dispose sont source d’inquiétude, c’est aux parents de les rassurer, plutôt que de laisser planer un flou, souvent bien plus angoissant que les explications que l’on peut lui donner. »

Rester à l’écoute de son enfant, ne pas prendre les messages qu’il envoie à la légère, c’est le premier pas. « Pour autant, alerte Lise Bartoli, il ne s’agit pas de lui poser trente-six mille questions (“Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Qu’est-ce qu’il se passe ?”…), qui risqueraient d’avoir l’effet inverse et d’accroître son angoisse. Surtout si lui-même n’a pas identifié la source de son stress. » Mieux vaut donc nouer un dialogue dans le but d’essayer, avec l’enfant, de trouver ce qui pourrait l’angoisser : identifier les moments où les symptômes se manifestent (toujours le matin, toujours le jeudi…), les lieux (à l’école, à la maison…), les évènements ou les changements qui ont pu survenir (une dispute, une humiliation, un chagrin…).
« Les parents peuvent aussi discuter avec les autres adultes qui côtoient l’enfant (professeurs, grands-parents, baby-sitters…), pour savoir si les symptômes ou changements de comportements concernent, ou non, les différents environnements dans lesquels il évolue », ajoute Lise Bartoli.

Article de psychologies.com, Septembre 2016

Les plantes, un soutien non négligeable

Nous connaissons les bienfaits des plantes et en consommons régulièrement, pourquoi ne pas partager ces bienfaits avec l'enfant ?

Certaines tisanes sont en effet puissantes et déconseillées chez l'enfant de moins de 6 ans (dû notamment au pourcentage d'huiles essentielles élevées qui peuvent provoquer des convulsions).

Romon Nature a développé une tisane spécialement pour eux, elle peut être consommée des l'âge de 3 ans.

Sa composition :

  • Tilleul Bio et Mélisse Bio qui facilitent l'endormissement, diminuent l'irritabilité et l'agitation, et participent à une relaxation optimale.
  • L'oranger qui va amener un goût légèrement sucré pour permettre à l'enfant d'apprécier cette tisane.

En plus de la communication avec l'enfant, l'apport des plantes peut l'aider à se détendre et appréhender les changements de la vie de manière moins exacerbée.

Pour un maximum d'efficacité, et comme les plantes ne sont pas des médicaments, il est recommandé d'effectuer une cure d'au moins 3 semaines pour des résultats visibles et efficaces.

Choisir des plantes Bio c'est aussi garantir la naturalité des produits et surtout d'éviter l'ingestion des pesticides (la première fois qu'ils sont lavés, c'est dans votre tasse !).

La surenveloppe fraîcheur est en cellophane recyclé ET recyclable, ce qui permet de conserver les arômes, les huiles essentielles et donc les principes actifs ! Le papier ne permettant pas de conserver toute l'efficacité des plantes.

Romon Nature travaille sur un nouveau concept de surenveloppe biodégradable à partir de matière végétale, date de sortie : 2018

Nous vous souhaitons donc à toutes et à tous ainsi qu'au bout de chou, une excellente rentrée !

Pour la découvrir : Cliquez ici

27 Oct 2016

Le thym, cette plante formidable!

Le thym, de son nom latin Thymus Vulgaris est une plante rampante appartenant à la famille des Lamiacées.

Elle pousse dans les climats chauds et secs, généralement en pentes rocailleuses, dans les champs et les prairies d'altitude.

Ses petites fleurs de couleur rose violet apparaissent en Juin.

Le thym est reconnu pour ses propriétés antiseptique.Il contribue aux défenses naturelles et au confort digestif, combat les refroidissements, soulage et calme la gorge et les cordes vocales.

Il est donc la plante incontournable en cette période de transition pour vous aider à lutter et à garder la forme.

Ajoutez un peu de citron et de miel à votre tisane afin de décupler les propriétés de cette dernière et vous serez prêt pour l'hiver!

18 Aug 2016

7 bonnes habitudes à prendre dès la rentrée!

Il y a plein d’occasions pour prendre de nouvelles résolutions et faire preuve de bonne volonté. Mais ce n'est pas toujours facile de les mettre en place.

Et si on profitait de la rentrée pour se trouver un nouveau rythme de vie et faire tout ce qui nous tient à cœur?

Allez, c’est parti, on vous donne quelques idées !

Quand on se dit :

… «Cette année je ne procrastine plus !» ca veut dire… Instaurer de la rigueur.

On commence par s’organiser au maximum pour être efficace. On se créé des objectifs sur la journée,la semaine ou le mois, sur des choses simples du quotidien comme par exemple faire la vaisselle du petit déjeuner tout de suite après l’avoir fini, ne pas se coucher en laissant la maison en désordre, on motive les enfants à faire les devoirs après le goûter et dans un temps imparti, etc…. Des moments qui deviendront une routine et auxquels on ne fera même plus attention après quelques semaines !

… « À présent je me couche tôt » c’est pour… Trouver un bon rythme de sommeil

Rien de tel qu’une nuit paisible pour récupérer de la journée et surtout se lever du bon pied ! On calcule son heure de couché en fonction de l’heure de réveil pour être sûr de profiter correctement de ses cycles de sommeil. Vous pouvez utiliser le site jevaisbiendormir.com pour connaître cette heure ou encore utiliser les applications Smartphone d’analyse du sommeil. À vous les réveils gracieux !

…« Les fast foods,plus jamais ! » ou tout simplement… Manger équilibré !

Être en forme passe par l’alimentation. Alors on garde la bonne habitude des vacances d’aller faire ses courses au marché ou chez le primeur, et on oublie les grandes surfaces !On privilégie les légumes locaux et de saisons, et on prend le temps de les cuisiner. Un moyen simple et efficace de manger sain et varié, à moindre coût,et toute l’année !

…« Je vais faire de la peinture, de la sculpture et de la poterie » c’est trouver de quoi se développer personnellement

On trouve du temps pour se cultiver, seule ou en famille ! Participer aux évènements et expositions locales, lire un bouquin ou développer une activité artistique. On choisit quelque chose qui nous permet de déconnecter, de nous épanouir et de développer nos capacités ailleurs.

…« Je me mets au sport» on voulait… en effet... se mettre au sport

On commence tout de suite une nouvelle activité qu’on inclut dans son quotidien. Que ce soit 30 min de course le matin ou le soir, une routine d’exercices ciblés, un cours de yoga,de pilates ou la marche nordique… On trouve quelque chose qui nous plait et on est assidu !

….« J’arrête de me mettre en colère » on voulait simplement dire… Positiver.

Rester positive,souriante, et de bonne humeur, c’est indéniablement le meilleur bouclier anti-stress. Suivez éventuellement le programme de 21 jours « J’arrête de râler ». Et puis c’est agréable pour soi et les autres !

....« J’irais chez le dentiste, l’esthéticienne et ne ferais plus ma couleur moi-même » en d’autres termes… Prendre du temps pour soi

Les enfants, la maison, le travail… La rentrée c’est aussi le moment où tout recommence et le rythme s’accélère. Alors pour tenir sereinement jusqu’aux prochaines vacances on se trouve un moment pour lâcher prise. Profitez du matin (cf notre article précédent sur les early risers) ou trouvez-vous un moment dans la journée pour vous.

Allez on espère que vous êtes motivés, n’hésitez pas à nous suivre sur instagram pour recevoir encore plus de motivation et de pensées positives !

Bonne rentrée à tous.

20 Jun 2016

​Et si se lever tôt était la clé du bonheur et du succès ?

"20h34, enfin je m’assoie sur le canapé… Épuisée de ma journée : travail, courses, transports, ménage, repas… je pense à toutes ces choses que j’aurais voulu faire sans avoir eu le temps. Cette heure de yoga qui aurait pu calmer mon stress, me remettre à la peinture pour laisser ma créativité s'exprimer, organiser un super week-end avec la famille, cuisiner un vrai bon petit plat, lire ce bouquin acheté il y a plus de 4 mois ou redécorer le balcon… Seulement je suis épuisée et je n’ai plus l’énergie pour quoi que ce soit."


Et si cela n’était en réalité qu’une mauvaise organisation ? Et si le temps qui nous manquait était, en fait, juste là?


Les early risers, ou morningophiles (comprendre : ceux qui se lèvent tôt) sont de plus en plus nombreux chaque jour au sein de l’hexagone. Cette tendance tout droit venue des États-Unis n’a rien à envier aux pays Nordiques qui ont déjà adopté ce rythme de vie naturellement depuis plusieurs années grâce (ou à cause) du soleil. Les bienfaits ? Des journées plus longues, plus de temps pour soi, un épanouissement personnel, mais surtout moins de stress !


Aujourd’hui nous vous proposons 5 raisons de vous lever plus tôt, et 5 conseils pour y arriver!


5 raisons d'avancer son réveil:


1. Se lever tôt va tout d’abord vous permettre de libérer un moment qui vous sera dédié. Loin de toute obligation, vous pourrez alors penser librement, méditer, bouquiner, faire du sport, développer une activité artistique… Ce sera aussi l’occasion d‘apprendre à vous connaître (réfléchir à vos objectifs, vos passions) et de prendre soin de vous.

2. Le matin est le moment de la journée où nous sommes les plus productifs. En effet, après une bonne nuit de sommeil on est reposé et opérationnel. Notre concentration est à son maximum, et notre qualité d’exécution des tâches est décuplée.

3. C’est aussi un moment privilégié au calme. Le reste de la maison et de la ville endormit, nous ne subissons pas de perturbations externes. Il est donc possible d’être pleinement focalisé sur nos tâches.

3. Un réveil plus tôt nous permet de partir du bon pied. On a plus de temps pour se préparer, mettre à plat ses objectifs, pourquoi pas établir une « to do list » de la journée. On est serein, on sait exactement où on va. Cela contribue donc à notre bonne humeur et à réduire notre stress.

4. Le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Il nous apporte l’énergie dont nous allons avoir besoin. C’est donc l’occasion d’en préparer un complet qui nous apportera l’hydratation et les nutriments dont nous aurons besoin au cours de la journée. Exit les biscuits ou les tartines toutes prêtes : on prend le temps de préparer un vrai repas à base de fruits frais et de céréales complètes par exemple !

5. Se lever tôt représente un véritable challenge pour la plupart d’entre nous. C’est l’occasion de relever le défi et d’augmenter sa satisfaction. Non seulement vous aurez accompli l’impensable, mais au-delà de ça, vous aurez fait tout ce que vous ne pensiez pas avoir le temps de faire dans la journée.


Ca y est vous êtes décidés à partir du bon pied ? Allez, on vous dit comment faire.



5 conseils pour mener à bien ce changement:


1. Se coucher tôt

Évidemment, pour que se lever plus tôt soit efficace il faut dormir suffisamment. On conseille donc de se coucher plus tôt, en se basant sur son horloge interne. Trouvez le nombre d’heures de sommeil dont vous avez besoin, fixez votre heure de réveil puis déduisez-en votre heure de coucher. Mangez léger le soir, évitez l’alcool et le café, et essayez de suivre le rythme du soleil. N'hésitez pas à consommer une tisane relaxante pour vous accompagner.

2. Éloigner le réveil

Forcez-vous à vous lever et ne cédez pas à la tentation de snoozer (répéter les alarmes). On sort du lit dès la première sonnerie, et on ne se recouche pas !

3. Se fixer des objectifs

Vous allez gagner du temps, mais pour l’optimiser il est primordial de vous imposer une routine et de savoir pourquoi vous vous levez. Est-ce que vous avez besoin de temps pour cuisiner ? Prendre soin de vous ? Vous cultiver ? Créer ? Faire du sport ? La veille, fixez-vous les tâches à accomplir au matin.

4. Découper en sessions

Si vous décidez de vous lever une heure plus tôt, prenez en considération qu’une heure représente 2 fois 30 min, 4 fois 15 min ou 6 fois 10 min etc Vous pouvez donc vous organiser en vous fixant des sessions dédiées à ce dont vous avez besoin par exemple : 15 minutes de lecture/méditation 30 min de sport puis 15 minutes de réalisation de la to do liste de la journée.

5. Y aller progressivement

Évidemment, on ne peut pas décider de se lever une heure plus tôt sans préparation. On vous propose d’y aller progressivement, le temps de trouver vos repères, par exemple on avance de 15 minutes le réveil tous les 3 jours jusqu’à arriver au gain de temps voulu.

Vous traverserez certainement plusieurs phases, trouvant cette routine tout d’abord insupportable, puis difficile, avant d’en ressentir pleinement les bienfaits au bout d’un mois.



Alors, envie d'essayer?


Nous vous recommandons:


Pour un sommeil optimal: nos tisanes sommeil, sur une base de verveine, tilleul, marjolaine, + autres (jasmin, lavande, fleur d'oranger, mélisse etc) selon chaque produit



Et pour partir du bon pied nous vous proposons d'accompagner votre petit déjeuner d'une tasse de thé vert ou de maté

15 Apr 2016

La maté

Aujourd’hui découverte de l'Amérique du sud avec l’une de nos plantes phares : le maté.



Le maté


Le maté est préparé à base de yerba mate,une plante originaire d’Amérique latine, principalement cultivée en Uruguay, Paraguay,en Argentine ou dans le sud du Brésil. Le mot maté désigne à la fois la boisson, la plante, ou encore le récipient utilisé pour sa consommation.


Il se boit grâce à une bombilla (paille) dans un récipient (traditionnellement en calebasse, mais aussi en céramique, verre ou bois.) La préparation se veut minutieuse et technique, mais rapide pour les habitués.


La boissons est consommée partout et en toutes circonstances. Elle a son importance culturelle et sociale. On partage un maté entre amis, en utilisant la même paille: c’est une invitation au partage et à la discussion.


Il y a des« règles » à respecter. Par exemple, refuser un maté serait mal poli; remercier le cevador revient à dire que nous n’en voulons plus, ce dernier est d'ailleurs le seul à servir, dans un ordre précis et qui doit être respecté. Par ailleurs,le maté doit se boire à une main (et non, on ne doit pas tenir la paille !)


Pour la petite anecdote,il est courant de retrouver dans ces pays des distributeurs d’eau chaude pour remplir à nouveau les thermos.


Propriétés :


Utilisée comme boisson fortifiante,stimulante et énergétique. Facilite le drainage et l'élimination. Contribue au contrôle du poids et à la combustion des graisses.


Pour une consommation plus spontanée, retrouvez notre infusion de maté.


Contact


contact@araquelle.com
ARAQUELLE SAS
DOMAINE DE L’HÉRITIÈRE - RUE DE LA ROUBINE
13116 VERNEGUES / CAZAN EN PROVENCE